Pas de passion… Tant mieux ! :p

Loading Likes...

Il y’en a parmi nous qui ont toujours su qu’ils avaient une passion pour le dessin, le violon, le football …j’en passe………… et il y’a ceux comme moi qui ne peuvent pas répondre de manière précise à cette question.

Heureusement, j’ai lu sur le sujet et croyez-moi cette quête du graal n’est pas nécessaire pour que nous soyons aussi épanoui(e)s que ceux qui en ont une. Ouf c’est libérateur.

Mais je fais quoi moi ? me direz-vous. Quelle est la prochaine étape ?

Elizabeth Gilbert, auteur de « Mange, Prie, Aime » (ouiii son livre a été adapté au cinéma avec Julia Roberts J ) s’est exprimé à ce sujet lors des Super soul sessions, un programme d’Oprah Winfrey sur sa chaine OWN.

Elle distingue deux catégories de personnes : les marteaux piqueurs et les colibris. Les 1ers foncent sur une activité et se concentrent contre vents et marées jusqu’à sa réalisation quand les seconds butinent de fleurs en fleurs et testent une variété d’activités. Ces derniers découvrent et créent des liens entre ces activités et s’enrichissent de cette diversité créative.

Selon Elizabeth, en se libérant de cette anxiété de trouver sa passion (ultime), en suivant l’objet (les objets) de sa curiosité et en se faisant confiance, on arrive à cet état ou l’on réalise que l’on est au bon endroit, avec le bon emploi, dans la bonne ville et entouré par les bonnes personnes.

Son message est clair : se concentrer sur l’exploration de nos curiosités (plutôt que sur la/les passion(s) que nous n’avons pas encore trouvé(es) peut nous conduire sans que l’on ne s’en aperçoive à celle(s)-ci!

Nous ne nous sentons pas passionnés par quelque chose tous les jours, mais nous avons une ou plusieurs curiosités chaque jour, ce sont ces indices qu’il faut suivre…

https://www.youtube.com/watch?v=L-AoA9eICiw

Avec Inspiration,

Karma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *